Les médias parlent de SOS Entrepreneur

Presse écrite

Le Parisien Economie "« La bonne valeur d’une entreprise, c’est celle qui est remboursable sur 7/8ans. »

Le 02-06-2014

A l’époque, l‘affaire semble prometteuse. « En 2008, à l’époque du Grenelle de l’Environnement, j’ai racheté une entreprise dans le domaine de l’Isolation Thermique par l’Extérieur » confie Bruno Delcampe, fondateur de SOS Entrepreneur et de la Fondation « Entrepreneurs en Détresse » sous égide de CARITAS France. Avec une centaine de salariés, Caronor dégage alors 10 millions d’euros de chiffre d’affaires. « Le cédant vendait l’entreprise que son père avait créé. Il y a toujours de l’affect, mais nous sommes tombés d’accord sur un prix raisonnable, entre 15 et 20% en dessous de ses estimations ».
Plutôt que de tenir compte des performances passées, Bruno Delcampe préfère anticiper l’avenir (Méthode du Free Cash-Flow). «Je l’ai acheté 2M€, soit entre 5 et 6 fois le résultat attendu de l’entreprise. Le multiple était élevé car le secteur de l’environnement était dynamique à l’époque. Ce ne serait plus le cas aujourd’hui depuis la crise… ». Malgré tout, cet entrepreneur revendique sa méthode de calcul. « Pour moi, la bonne valeur de l’entreprise, c’est celle qui est remboursable sur 7 à 8 ans, en gardant toute la capacité de financement et d’investissement de son outil, résume t’il. Beaucoup de reprises sont montées grâce à un mécanisme de rachat par emprunt (« LBO »). Il faut donc rechercher l’estimation du montant de trésorerie disponible, sur plusieurs années, pour pouvoir rembourser la dette d’acquisition tout en minimisant le risque. »       Céline Chaudeau 

Retour

Entrepreneurs...

"Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir."

Jean Mermoz