Les médias parlent de SOS Entrepreneur

Presse écrite

Nord éclair- En redressement judiciaire, un dirigeant parvient à rebondir

Le 19-07-2012

Guillaume DUCATEL fait partie de ces dirigeants qui ont sollicité l'aide de SOS Entrepreneur. Grâce à l'association mais aussi à beaucoup de volonté, ce Nordiste parvient peu à peu à remonter la pente et même à développer son activité.

Depuis le 4 juin, Nord Artois plâtrerie et peinture (NAPP) est en redressement judiciaire. « Ça faisait plusieurs mois qu'on avait des problèmes de trésorerie et des difficultés à honorer nos charges », explique Guillaume DUCATEL, un des cofondateurs de la société, lancée il y a trois ans à Lambersart. Alors, avant de tomber dans la spirale infernale de la cessation de paiement, le patron de 38 ans a fait appel à SOS Entrepreneur. « Après une analyse de la comptabilité et de l'activité de l'entreprise, l'association nous a conseillé de prendre rendez-vous avec le président du tribunal de commerce de Lille pour mettre au clair la situation et faire les choses correctement. » Une décision dont se félicite d'autant plus le jeune dirigeant qu'aujourd'hui cette expérience lui a, non seulement appris les erreurs à ne pas commettre mais également permis de mieux rebondir. En effet, avec son associé, il est en plein développement d'une nouvelle structure créée parallèlement, en mars dernier : Maçonnerie, Électricité, Pilotage, plâtrerie et peinture . Spécialiste de la maîtrise d'ouvrage, elle propose aux clients, professionnels comme particuliers, « de prendre en charge leurs projets de travaux de A à Z, du choix des entreprises au calendrier de chantier tout en tenant compte de leur budget ». En résumé, « ça donne du travail aux artisans de la région tout en facilitant les démarches des clients ». Si Guillaume DUCATEL parle de ce projet - qui se concrétise au fil des jours - avec autant d'enthousiasme, c'est parce qu'"avec ce nouveau développement, on va, non pas gangrener NAPP mais la sauver ». Forte de six chargés d'affaire et coordinateurs de travaux, la jeune société compte bien rayonner sur le Nord - Pas-de-Calais. Et même si « nous sommes encore dans une période difficile », l'entrepreneur et père de famille sort peu à peu la tête de l'eau. « Au début, on prend une grosse claque, dès lors deux choix se présentent : soit on continue à s'enfoncer, soit on essaie de remonter à la surface. » Lui a opté pour la seconde solution. « C'est pas parce qu'on est chef d'entreprise qu'on connaît tout, il ne faut donc pas avoir honte de se faire aider par des gens compétents. » Il lui reste désormais 4 mois pour présenter un plan de redressement. Bruno Delcampe, le président de SOS Entrepreneur qui suit son dossier depuis le début, est « extrêmement confiant ». À ses yeux, « Le dirigeant est un entrepreneur dans l'âme à qui il manquait juste, comme à beaucoup, un peu de technicité ».     Publié le 19 juillet 2012.         CÉLINE DEBETTE > celine.debette@nordeclair.fr

 

Retour

Entrepreneurs...

"On considère le chef d'entreprise comme un homme à abattre, ou une vache à traire. Peu voient en lui le cheval qui tire le char."

Winston Churchill