Les médias parlent de SOS Entrepreneur

Presse écrite

LA VOIX DU NORD - Les entreprises de Maisons et Cités peuvent lancer un SOS pour éviter la faillite

Le 13-07-2012

Les entreprises de Maisons et Cités peuvent lancer un SOS pour éviter la faillite

Publié le 13/07/2012 par Mélanie DACHEVILLENOYELLES-SOUS-LENS

« Leur PME, c'est toute leur vie. » D'où l'importance d'aider les chefs d'entreprise avant que leur société ne connaisse des problèmes. Pis, la faillite. Maisons et Cités a signé une convention, hier, avec l'association SOS Entrepreneur, pour soutenir plus de trois cents entreprises de la région qui interviennent sur son parc de logements sociaux.Qu'un bailleur social s'intéresse aux entreprises qui travaillent pour lui peut étonner. Pourtant, Maisons et Cités est soucieux de la bonne santé de ses trois cents à quatre cents PME qui œuvrent pour ses logements sociaux. « Si l'une d'entre elles est en difficulté, on veut l'aider à surmonter ce cap », assure Dominique Soyer, le directeur général du plus grand bailleur du Nord - Pas-de-Calais. Or, ces derniers temps, « ca nous arrive fréquemment qu'un chantier s'interrompe, car l'entreprise rend le bilan », constate-t-il.Pour sauver les murs, Maisons et Cités a signé, hier, une convention solidaire avec SOS Entrepreneur (voir encadré), à l'espace Pierre-Castagnou de Noyelles-sous-Lens. À la tête de ce nouveau partenaire se tient Bruno Delcampe, le directeur fondateur : « Notre objectif est de casser l'angoisse et la solitude des chefs d'entreprise, explique le directeur. On a une démarche immédiate, car leur PME c'est toute leur vie... ». Un numéro à composer 24 heures sur 24.

Dans les faits, l'entrepreneur qui a signé un marché avec Maisons et Cités pourra lancer un SOS à l'association, par téléphone. Une ligne est ouverte 24 heures sur 24, et la conversation confidentielle. Même vis-à-vis du bailleur social. « Un bras droit viendra chez l'entrepreneur pour l'aider pendant trois mois au minimum, à raison d'une demi-journée à une journée par semaine », poursuit Bruno Delcampe. Quand la situation avoisine la cessation de paiement, SOS Entrepreneur octroie une bourse de solidarité. De 80 % maximum du coût de l'accompagnement et sur un délai de trois à six mois. "C'est un prêt d'honneur" à rembourser au bout de deux ans. "Mais nous ne sommes pas là pour enfoncer l'homme plus qu'il ne l'est, insiste le directeur fondateur de l'association. Si l'entrepreneur ne peut payer au bout de cette échéance, il nous remboursera quand il pourra." Malgré toutes ces aides pour sauver la société, certaines sont mises en liquidation. SOS Entrepreneur reste quand même aux côtés des entrepreneurs : "On les accompagne en justice et on réfléchit ensemble à recréer quelque chose."De son côté, Maisons et Cités s'engage à participer au fonds de solidarité de son partenaire pendant trois ans. Cette convention pose une pierre de plus sur le territoire économique et sociétal de la région. •

 

 

 

Signature de la convention entre SOS Entrepreneur et Maisons et Cités (Dominique SOYER Directeur Général de Maisons et Cités, Bruno DELCAMPE, directeur fondateur de SOS Entrepreneur)

Retour

Entrepreneurs...

"Une période d'échec est un moment rêvé pour semer les graines du succès."

Paramahansa Yogananda (Maître spirituel hindou)