Les médias parlent de SOS Entrepreneur

Presse écrite

La Voix du Nord / EPA - SOS Entrepreneur : "Audit de Créa'Style, mini-entreprise du Collège Savio à Lambersart

Le 08-06-2012

Ils ont entre 13 et 15 ans, sont en troisième D et E au collège Dominique-Savio, à Lambersart, et ont choisi l'option DP3 (découverte professionnelle trois heures) en début d'année. Ce qui les a amenés à créer la mini-entreprise scolaire Créa'Style, en partenariat avec l'association EPA, "Entreprendre Pour Apprendre", parrainée par Bruno DELCAMPE, Fondateur de SOS Entrepreneur.  Explications avec ses quatorze « salariés ».

 

 

 

 

 

 

 Les DG en herbe en train de regarder si un 58e fan de leur page Facebook aurait cliqué sur «J'aime».

 

 

 

 

 

 

 

 

PAR RENO VATAIN

Est-ce un signe ? Thibaud, le PDG de Créa'Style, est assis sur la seule chaise de la classe. Pour tous les autres, c'est tabouret. On ironise gentiment car cette mini-entreprise scolaire est une SCOP (Société coopérative et participative) dirigée par ses salariés. Chez Créa'Style, «  tout le monde a le même statut », explique Thibaud. Tout le monde ? Wendy, Benoît, Agustin, Juliette et les neuf autres élèves de 3e ayant choisi l'option DP3 en début d'année.

Rêve, rangement, recyclage

Et qui depuis, tentent de développer leur concept : rachat de boîtes en carton recyclé, customisation (peinture et decopatch) et revente. Le nom du produit : R-Box. « "R" pour rêve, rangement, recyclage », explique Wendy. Preuve que tout - notamment la démarche environnementale - a été pensé. Pour ça, ils ont pu compter sur Florence Delmotte et Hélène Mylle, les deux enseignantes chapeautant le projet et surtout, sur l'association EPA, missionnée par le rectorat pour les épauler.

L'occasion de recevoir mensuellement des conseils d'un de ses intervenants et une aide administrative (le numéro de Siret, c'est EPA qui s'en occupe, par exemple). Sans oublier le coup de pouce de leur parrain, Bruno Delcampe, Chef d'Entreprise, Fondateur de l'association  régionale SOS Entrepreneur, qui, comme son nom l'indique, vient en aide aux boîtes en difficulté. Pour le reste, c'était à eux de s'y coller. Et ils ont fait ça bien, comme l'explique Léa : « On est divisé en cinq secteurs : financier, administratif, production, marketing et communication. » Dans ce dernier secteur, il y a Benoît.

Pourquoi l'a-t-il choisi ? « Ça me plaît d'aller vers les autres, de faire de la pub. » Avec deux autres camarades, il prépare donc les affiches qui servent aux ventes, surveille les mails de l'entreprise (creastyle.savio@gmail.com). Et bien sûr, réflexe de « d'jeuns » oblige, nos quatorze entrepreneurs ont créé la page Facebook de Créa' Style.

Mettre la main à la poche

Pour se lancer, ils ont tous mis la main à la poche : 2 E par personne ! Ensuite, les premières R-Box prêtes, il a fallu se trouver un slogan et des points de vente. Pour le premier, pas de souci : « Ça cartonne, avec Créa'Style ». Sobre et efficace.

Pour le second, en revanche, les premières difficultés ont fait leur apparition : « On visait des grandes surfaces, mais dès qu'on disait qu'on était une entreprise scolaire, ça coinçait », déplore Wendy. Car dans ces lieux, la mise à disposition d'un espace est obligatoirement payante. Et les Intermarché de Marquette et Lomme, tout comme le Auchan d'Englos ont rechigné à faire payer des scolaires.

Qu'à cela ne tienne, ils se sont rabattus sur les marchés, les braderies et la journée « portes ouvertes » de leur collège. Résultat ? Un «  chiffre d'affaires de 118,72 E », annonce Maxime, en charge de la comptabilité. Une bonne nouvelle. Car comme l'explique Juliette, « au début, y avait plein de trucs qui n'allaient pas. On a très vite eu des problèmes de trésorerie ». Qu'à cela ne tienne : ils ont fait des promos ! Ou comment, en se glissant dans la peau d'entrepreneurs, trouver des solutions aux problèmes. Le fondement même de ce projet de mini-entreprise. Qu'en pense Agustin ? « Ça sert à être prêt pour plus tard. » Réponse un peu trop « scolaire  ». On insiste. « Quand on ne connaît rien au monde de l'entreprise, on peut être déstabilisé quand on y entre... » L'expression d'une crainte de l'inconnu, ça se rapproche déjà plus de la réalité.

Concours

Un inconnu qui, neuf mois plus tard, a forcément lâché du lest. Au point que ce sont eux qui vont faire passer les entretiens aux élèves de 4e qui postulent à cette option, pour la prochaine rentrée scolaire. En attendant, le 31 mai dernier, ils ont participé, comme quatre-vingts autres classes, au concours organisé par EPA, les vainqueurs étant sélectionnés pour aller défendre leur projet à Paris. Hélas, Créa'Style n'a pas été retenue. Pas grave. L'expérience acquise ne disparaîtra pas avec la SCOP, qui cessera son activité à la fin de l'année. Que vont-ils faire de l'argent ? «  Les fonds seront reversés à des associations caritatives », répondent-ils. Si en plus, on leur enseigne le partage, ces jeunes gens sont fin prêts pour le monde de demain... • 

La Voix Du Nord

Retour

Entrepreneurs...

"Une période d'échec est un moment rêvé pour semer les graines du succès."

Paramahansa Yogananda (Maître spirituel hindou)