Les médias parlent de SOS Entrepreneur

Presse écrite

Les Echos - Changer le regard des dirigeants sur l'échec

Le 01-03-2021

Philippe Legueltel 

Plusieurs structures nées après le crise de 2008 se mobilisent pour venir en aide aux chefs d'entreprise avant ou après la liquidation judiciaire.

A la tête d'une TPE de neuf salariés, cet entrepreneur du sud de la France n'en peut plus. Fatigué, écoeuré par sa banque, qui vient de lui refuser son découvert jusque là autorisé, l'homme qui cumule plus de 100 000 euros de dettes, vient d'appeler SOS Entrepreneur aux aurores ce 24 février.

Dans les heures qui suivent, l'association va le mettre en relation avec son expert de crise pour imaginer les mesures d'urgence (mobilisation de la médiation du crédit, analyse des dettes et moratoire avec les principaux fournisseurs, demande d'étalement de la dette urssaf,...)

"Quand toutes les portes se ferment, le dirigeant se retrouve tout seul, perdu. Il nous faut trés vite éteindre les premiers feux et l'accompagner pour qu'il s'en sorte et qu'il puisse repartir" explique Bruno DELCAMPE, fondateur de SOS Entrepreneur. Lui même a connu le redressement judiciaire de son entreprise et à décider de s'engager pour les autres en 2011.

Faire face aux difficultés de son entreprise reste un sujet tabou. Nées après la crise financière de 2008, ces associations ont décidé d'accompagner les dirigeants en difficulté. Elles sont réunis aujourd'hui sous une seule bannière Web : le Portail du Rebond des Entrepreneurs (apesa, SOS Entrepreneur, Re-créer, 60 000Rebonds, Second Souffle, l'Observatoire Amarok). La crise sanitaire les remet sur le devant de la scêne.

Cinq fois plus d'appels

"Nous intervenons après une liquidation, qui entraine souvent un traumatisme financier, professionnel et peronnel pour son dirigeant. Nous sommes là pour l'aider à repartir, soit dans le salariat, soit dans un nouveau projet de création" explique Guillaume Mulliez, président de 60.000Rebonds, fondée en 2012 par Philippe Rambaud, qui s'appuie sur 1.200 bénévolles, la plupart eux-mêmes patrons.

Les associations se préparent à une vague d'appels. "Rien n'est jamais foutu. Les procédures collectives et la nouvelle procédure de sauvegardxe accélérée, sans critère de taille jusqu'à cet été, sont une chance pour les entreprises" met en avant Bruno Delcampe, même s'il confie enregistrer déjà cinq fois plus d'appels qu'en année normale. "Cette crise permettra peut être de changer le regard sur l'échec du dirigeant, mais aussi qu'il n'ait plus honte d'en parler" espère Patrice Doublet, parrain référent pour 60000Rebonds en Normandie.

Retour

Entrepreneurs...

"On considère le chef d'entreprise comme un homme à abattre, ou une vache à traire. Peu voient en lui le cheval qui tire le char."

Winston Churchill

Rejoignez-nous sur Facebook   Rejoignez-nous sur Linkedin   Découvrez nos vidéos sur Youtube