Les médias parlent de SOS Entrepreneur

Presse écrite

actu.fr - Crise du Covid-19 : SOS entrepreneur au secours des entreprises pour éviter la faillite

Le 28-05-2020

L'association SOS entrepreneur se mobilise avec ses experts pour écouter et accompagner les chefs d'entreprises en difficulté. Elle se développe dans le Grand Ouest de la France.


Publié le 28 Mai 20 à 17:42



Patrick Texier (à gauche), coordinateur pour le Grand Ouest, et Bruno Delcampe, fondateur de l’association, sont aussi des experts de crise au sein de SOS entrepreneur, pour tenter de sauver des entreprises. (©captures d’écran)
« Il va y avoir plein de chefs d’entreprise en difficulté. Quand on est en cessation de paiement, il faut de l’aide tout de suite. Très souvent, le chef d’entreprise est profondément seul. » C’est avec ce constat que Patrick Texier, de Pornic (Loire-Atlantique), ancien banquier passé pendant douze ans par la restauration, sur le vieux port, et désormais conseiller en gestion de patrimoine, veut faire connaître l’action de l’association SOS entrepreneur, dont il est coordinateur pour le Grand Ouest.
Experts de crise
SOS entrepreneur, créée en 2008 par Bruno Delcampe, a créé un réseau de compétences et d’outils, et un réseau d’experts de crise bénévoles pour agir au service des entrepreneurs TPE et PME en grande difficulté, en complémentarité des dispositifs existants.


« Quand on arrive au tribunal en état de cession de paiement, on n’y est pas préparé, affirme-t-il. C’est un sujet qu’on n’aime pas envisager et on a mille autres choses à faire. » Pourtant, il ne faut que très peu de temps pour mettre une trésorerie à genoux et déposer le bilan.
 
Rompre la solitude
Selon Bruno Delcampe, il s’agit alors de « rompre la solitude psychologique et d’accompagner les dirigeants qui ne peuvent plus se rémunérer, par une écoute 24 heures/24 et un accompagnement. Le but est d’assurer la pérennité des entreprises et des salariés qui en dépendent ».

En trouvant très rapidement des solutions avec les différents moyens permis par la loi, notamment la loi de sauvegarde de 2005.
« Les résultats d’exploitation des entreprises seront en chute sévère en 2020, poursuit Bruno Delcampe. Les fonds propres vont aussi se dégrader, avec un risque majeur de non-financement par la suite. L’idée est de renforcer les fonds propres des entreprises pour éviter les dégradations, avec des obligations subordonnées ou des prêts participatifs. Si rien n’est fait dans ce sens, les entrepreneurs devront faire appel à l’ordonnance du 20 mai 2020, qui permet de faciliter les mises en place de plan de sauvegarde dans des délais inégalés, sans attendre le retour des créanciers. Elle améliore la procédure de sauvegarde accélérée, possible si on est en cessation de paiement depuis moins de 45 jours. On passe alors sur un délai d’instruction d’un à deux mois seulement. »

Avec d’autres associations, SOS entrepreneurs a ouvert un portail, le Portail du rebond, et porte un certain nombre de mesures auprès du gouvernement.
L’association a aussi besoin de recruter des experts de crise bénévoles, qu’elle forme, pour compléter son réseau et mieux aider les entreprises à éviter la liquidation judiciaire.


Infos pratiques :
Rendez-vous sur le site internet de SOS entrepreneur. À suivre aussi l’événement 24 heures pour rebondir, vendredi 29 mai, toute la journée.

Retour

Entrepreneurs...

"Il n'y a pas "un" caractère d'entrepreneur. Mais il faut "du" caractère pour l'être."

Peter Drucker