Les médias parlent de SOS Entrepreneur

Presse écrite

Entreprise & Santé : "Aider à temps le ou la chef(fe) d'entreprise de TPE/PME en difficulté" avec SOS Entrepreneur"

Le 22-08-2018

ES- Pourquoi accompagner les patrons de TPE ou PME en difficulté?


Bruno Delcampe: Par an, en France, 6o ooo chefs d'entreprise perdent leur entreprise. Je vais être direct pour l'avoir vécu : non accompagné, c'est l'enfer. D'autant que l'on ne peut en parler à personne. Surtout pas à la banque, qui perd très vite confiance...Ni au clients, qu'il faut préserver. Ni aux fournisseurs, dont on dépend pour servir les clients.., Et il faut aussi sauvegarder le moral et la confiance des collaborateurs. On est donc seul, dans un état de solitude extrême,.. On vit avec l'angoisse permanente de voir disparaître son entreprise. L'angoisse d'être rayé de la carte et de revenir au point de départ


ES- Qu'en est-il alors de Ia santé de ce dirigeant en difficulté ?


Bruno Delcampe : Le chef d'entreprise d'une TPE ou d'une PME en grande difficulté met en péril sa santé. 90% des chefs d'entreprise en cessation de paiement ont recours aux antidépresseurs. Ils vont voir un médecin, car la situation est redoutablement épuisante. Ils sont face à une montagne trop importante : ils ne peuvent plus se payer, il doivent tenir le moral de l'équipe, faire face aux clients, répondre aux appels de la banque et aux relances des fournisseurs. Cette tension permanente est extrême... La santé d'un chef d'entreprise en situation de cessation de paiement est dégradée. Si on monte avec lui un plan de redressement, sa santé s'améliore. Car il entrevoit alors sa survie. Il faut oser consulter tôt un médecin et dépasser sa pudeur ou sa fierté. On a du mal à accepter cela. On cherche à comprendre une situation très complexe qui nous dépasse : une situation non vécue auparavant et dont on a espéré qu'elle n'arriverait jamais.

ES- On peut donc parler de souffrance au travail du patron de TPE ou PME...
Bruno Delcampe :
C'est le moins que I'on puisse dire ! On peut plutôt parler de souffrance tout court. Le patron d'une TPE ou d'une PME a un mandat social et dans Ia majorité des cas il est travailleur non salarié. Ses perspectives sont simples : plus de travail, pas de sécurité sociale,voire perte de sa maison, etc... Petit à petit il rentre dans un état second : réveils incessants, pertes de sommeil, voire insomnie totale, stress au quotidien et stress devant son avenir, etc. Sa famille est impactée. Elle se trouve impliquée. On est aussi père ou mère et on est, excusez-moi l'expression, complètement vidé le soir... Avec une question lancinante : vais-je réussir à survivre et maintenir en vie mon entreprise? L'absence de visibilité est extrêmement dure à vivre. Et il faut trouver réponse à toutes sortes de questions. Où est le marché ? Quelle solution économique ? Quelles perspectives avec ou contre mes concurrents ? Les sujets à aborder sont multiples. Il arrive même petit à petit que l'on perde tout discernement.

ES- Peut-on parler alors de burn out ?
Bruno Delcampe:
Oui et non. Oui, au sens au de la souffrance psychologique extrême. Non, car il ou elle ne s'arrête pas. S'il ou elle ne se présente pas dans l'entreprise, tout s'aggrave. L'entreprise s'arrête. Les collaborateurs s'appuient sur le chef d'entreprise. Il ne peut donc pas s'arrêter immédiatement. On est vraiment devant une situation d'isolement d'une personne qui a donné toute son énergie, Et pour un revenu moyen peu élevé, qui n'a rien à voir avec l'image que l'on a du "patron". Voire un revenu nul en cas de crise. Et, au fur et à mesure de la crise, il ou elle est de plus en plus seul(e).


ES-  Pourquoi avoir créé SOS Entrepreneur?      
Bruno Delcampe :
Pour répondre aux situations d'urgence et éviter la liquidation devant le tribunal de commerce. Il y a pour le chef d'entreprise une seule chose à faire : se faire accompagner. Nous apportons une expertise de crise. Nous aidons à sortir d'une situation de cessation de paiement. Au tribunal, le chef d'entreprise ne doit pas être seul. L'expert comptable est l'homme des chiffres et le chef d'entreprise est l'homme de l'entreprise. Il faut un positionnement intermédiaire qui sache utiliser la loi de sauvegarde de 2005, et non pas la subir. SOS Entrepreneur est la seule association qui accompagne le chef d'entreprise en situation de cessation de paiement. Créée en 2011, l'association a déjà traité plus de 9 000 appels. Nous sommes joignables 24 heures sur 24, sept jours sur sepL

ES- SOS Entrepreneur est une association sans but lucratif.... 
Bruno Delcampe : Oui. Et SOS Entrepreneur ne bénéficie d'aucune subvention de l'Etat en raison de la loi européenne qui dénoncerait alors une situation de concurrence déloyale ou de soutien abusif. A ce même titre, SOS Entrepreneur ne bénéficie d'aucune aide de collectivités territoriales ou de chambres de commerce. SOS Entrepreneur bénéficie du soutien de partenaires privés qui considèrent qu'éviter une cessation de paiement, c'est servir l'économie d'un territoire.


ES- Vous pouvez préciser ?
Bruno Delcampe:
Au récent sommet de la CEE de Bratislava, nous avons démontré que c'est moins coûteux d'aider une entreprise à temps que d'attendre que tout soit perdu (perte économique + coût social). Et je parle bien de TPE ou PME. En termes simples : relever un homme ou une femme chef d'entreprise qui est à terre, cela a un coût considérable.Sans compter les conséquences psychologiques et sociales au sein de l'entreprise, des familles et de soi même. La chute est d'autant plus douloureuse que le chef d'entreprise de TPE ou PME recherche l'autonomie, la responsabilité et la reconnaissance à travers son travail, souvent sans prétention particulière. Au niveau européen, il y a aujourd'hui de plus en plus de sociologues et d'économistes qui travaillent sur la notion de rebond. Il faut permettre à ces hommes et ces femmes chef d'entreprise de rebondir. Il faut pouvoir se reconstruire.

ES- Quel conseil donneriez-vous à un patron de TPE ou PIvIE ?

Bruno Delcampe : Ne pas hésiter à nous appeler. Ne pas subir une situation de cessation de paiemenL Nous apportons une expertise de crise. C'est notre spécialité. La TPE ou la PME n'a pas les moyens de se la payer. Nous l'apportons. Nos intervenants sont formés au conseil économique spécialisé face à la loi de sauvegarde de 2005, qu'il faut savoir utiliser. Nous accompagnons aux audiences du tribunal de commerce) comme nous discutons avec l'administrateur judiciaire. Nous refusons un système qui conduit à l'échec. Ce qui    nous intéresse, c'est l'entrepreneur. 

Pour lire les 3 articles en entier, cliquez ici

 

 

 

Retour

Entrepreneurs...

"Punir l'échec est le meilleur moyen pour que personne n'ose. "

Jack Welch (Industriel américain)